Moneta Multi caps: un fonds de convictions

Paroles d’experts: Raphaël Lucet est interrogé sur l’actualité de Moneta Asset Management et du fonds de convictions : Moneta Multi Caps.

Assurancevie.com : On ne présente plus le fonds Moneta Multi Caps: bientôt 3 milliards d'encours, une performance annualisée de 8,8% depuis la création* et un gérant emblématique. Pouvez-vous toutefois nous parler de votre actualité et notamment de la gestion opérée depuis la crise sanitaire ?

2020 a été une très bonne année pour Moneta Multi Caps, en avance de plus de 11 points par rapport à son indice de référence. En effet la baisse rapide du cours des actions a créé de fortes dislocations de marché que nous avons pu saisir grâce à notre bonne connaissance des entreprises. L’annonce de l’efficacité des vaccins fin 2020 a ensuite permis aux valeurs les plus impactées par le coronavirus de rebondir alors que les valeurs liées aux énergies renouvelables, bien représentées en portefeuille, ont continué leur hausse. Il y a donc eu une conjonction inattendue mais très favorable pour le fonds. Nous sommes restés concentrés sur l’analyse fondamentale des sociétés au cas par cas comme depuis la création de Moneta AM en 2003. Notre penchant naturel est toujours de rechercher des valeurs de toute taille hors des sentiers battus quitte à dévier fortement de la constitution des indices. C’est le seul moyen de créer de la valeur à long terme même si cela n’est jamais garanti.

 

Moneta Multi Caps est un fonds de convictions, géré par des experts des marchés financiers et de l'économie. Justement, quelles sont vos convictions pour les mois à venir ?

Il est probable que les politiques monétaires et budgétaires restent accommodantes (taux d’intérêt faibles, poursuite des déficits budgétaires et des rachats d’actifs par les banques centrales). Les indicateurs avancés d’activité sont rassurants et les sociétés sont optimistes quant à leurs perspectives. Même si la croissance va ralentir après son très fort rebond, l’environnement devrait donc rester porteur sur les prochains trimestres. Cela devrait permettre une baisse de l’aversion au risque qui devrait profiter aux valeurs qui ont jusqu’à présent été délaissées. En effet, l’aversion au risque causée par la crise sanitaire a mené à une forte concentration des investissements sur les valeurs de croissance et défensive qui sont devenues très chères. L’écart de valorisation avec le style « value » est historiquement élevé et il est probable que la normalisation de l’économie entraine une normalisation des valorisations relatives. Nous trouvons ainsi plus d’opportunités d’investissement dans les valeurs délaissées que le marché n’ose pas encore jouer car l’horizon n’est pas encore assez dégagé. Nous avons donc un léger biais « value » dans le portefeuille sans délaisser les valeurs de croissance car les surprises sont toujours possibles.

 

Nos lecteurs en sont fans, pouvez-vous nous parler de valeurs pépites détenues au sein du fonds ?

Nous aimons les valeurs dont les options ne sont pas valorisées. Quelques exemples :

Technip Energies vaut actuellement 9 fois ses bénéfices avec une très belle visibilité sur les prochaines années grâce à un carnet de commande important. Il y a 2 options que le marché ne valorise pas :

  • la hausse des marges grâce à l’avancement de grands projets qui vont devenir plus rémunérateurs mais aussi grâce à la baisse des coûts permise par sa nouvelle indépendance depuis le spin off avec Technip FMC en début d’année ;
  • le développement des projets participants à la transition écologique comme les biocarburants, l’hydrogène bleu et vert ou encore la capture et le stockage de carbone. Technip Energies, avec 35% de part de marché sur la base installée d’usines de production d’hydrogène, pourrait trouver sa place sur le marché prometteur de l’hydrogène décarboné par exemple.

Si ces options ne se réalisent pas, la valorisation actuelle est suffisamment faible pour limiter fortement le risque de perte. Et si elles se réalisent alors le potentiel de hausse du cours est très important.

Stellantis : selon nous, la fusion de PSA avec Fiat Chrysler permettra aux résultats d’augmenter de 50% grâce aux synergies mise en place sous la direction de Carlos Tavares qui a prouvé sa bonne gestion par le redressement rapide de PSA et d’Opel. La décote de 40% par rapport aux comparables n’est pas justifiée et la valorisation faible offrent une belle marge de sécurité (PER de 4 en retirant de la capitalisation boursière la trésorerie excédentaire). La pertinence de la fusion devrait apparaitre au fil des publications sur le nouveau périmètre ce qui permettra au cours de fortement progresser.

 

Enfin, pour sortir de l'ordinaire, nous vous proposons de vous prêter au jeu du portrait chinois. Si Moneta Multi Caps était : 

Une stratégie financière ? Le stock-picking car on commence toujours avec l’analyse des valeurs individuelles.
Une action cotée en Bourse ? Stellantis pour sa capacité d’adaptation dans un environnement changeant et compétitif.
Un monument parisien ? La place du Trocadéro qui offre une vue dégagée tout en gardant les pieds sur terre.
Une région viticole ? La Bourgogne car on peut visiter le beau château de Burnand, mais que les lecteurs se rassurent, il n’y a aucun lien avec le fondateur de Moneta AM.

 

 

*Période courant du 24/03/2006 au 31/08/2021. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Toute personne désirant souscrire doit prendre connaissance du DICI et du prospectus de l’OPCVM Moneta Multi Caps notamment disponible sur www.moneta.fr