Moneta Multi Caps & Micro Entreprises : présentation 2022

Une salle comble pour les présentations annuelles des deux fonds de Moneta AM.

S’il fallait élire les sociétés de gestion les plus fidèles aux conférences en présentiel, Moneta AM ferait assurément partie des lauréats. Et pour cause, la boutique continue de tenir avec succès sa présentation annuelle sur les fleurons Moneta Multi Caps et Micro Entreprises.


L'histoire continue

Malgré l’environnement morose, Moneta AM a collecté près de 190 millions € cette année et atteint 4 milliards € sous gestion, sur une gamme restreinte de 5 fonds. Si le capitaine Romain Burnand est toujours aux commandes du navire, il s’appuie sur une solide équipe de 31 professionnels dont 16 analystes et gérants.

L’actionnariat reste 100% indépendant. Un élément quasi anecdotique il y a encore quelques années, mais qui devient de plus en plus rare pour les sociétés de gestion à succès.

Un track-record à l’épreuve du temps

Les 3 principaux blockbusters de la maison affichent entre 16 et 19 ans de track-record. Autant dire qu’ils ont su traverser de nombreux cycles de marché et surperformer dans la durée :

  • Moneta Micro Entreprises (MME) : x16 ans 19 ans, n°2 sur 10 ans (Morningstar) 

  • Moneta Multi Caps (MMC) : n°1 sur 10 ans, 1er tiers sur 5 ans et 1er décile sur 3 ans -> superformance de TOUS (CAC 40 et le CAC All Tradable) les indices 

  • Moneta Long Short (MLS - part A) : n°5 sur 5 ans 

La performance 2022 fin août n’est pas en reste : MMC affiche -14,29% YTD et MLS (part A) -6,59% dans l’environnement baissier que l’on connaît (CAC 40 à -16,5% YTD).

(Pour mémoire, les performances 10 ans des fonds et de leurs indices au 31/08/22 : MMC +172,3% / indice +125,6 % et MLS (part A) +49,0% / indice +29,6%.)
=> Plus d'informations sur le site Internet de Moneta AM.

A noter que le style de gestion de Moneta AM est propice aux OPA. Au cours des 18 derniers mois, celles-ci ont contribué en absolu à hauteur de +6% pour MME et +3% pour MMC.

La nécessité d’une analyse ESG propriétaire

Pour consolider le process qui a fait ses preuves sur la durée, Moneta intègre l’ESG dans sa gestion via la méthode d’analyse VIDA (Valorisation des Indicateurs de Durabilité de l’Activité). La notation ESG de MMC et MME est significativement supérieure à l’indice de référence ESG (SBF 120) tandis que l’empreinte carbone des fonds diminue drastiquement d’année en année (stable pour l’indice). A noter une augmentation régulière de la participation aux augmentations de capital (570 millions € cumulés).

Point important selon l’équipe de gestion : la guerre fait bouger les lignes de l’ESG. Les secteurs historiquement étiquetés « ESG » ou « non-ESG » voient leur statut évoluer. Exemples : le secteur de la Défense (« non-ESG ») qui devient ou un outil de maintien de la paix et un enjeu clé pour notre souveraineté. « La guerre force au pragmatisme… et peut conduire à des remises en question », souligne Pierre Le Treize, analyse-gérant. D’où l’intérêt de développer VIDA en se basant sur une recherche interne rigoureuse, une indépendance d’esprit et une absence de dogmatisme

Lecture du marché

Pour Moneta AM, les marchés actions tiennent malgré la hausse des taux et des spreads de crédit, la crise énergétique, les incertitudes sur les politiques monétaires et budgétaires à venir, les risques géopolitiques… car les signaux sont contradictoires. « Si les marchés résistent, c’est qu’ils sont un peu perdus ! » résume l’analyste-gérant Raphël Lucet. En effet, les résultats des entreprises sont bons et l’inflation bénéficie aux actifs réels. 

En termes de style, le derating des actions value se poursuit et celui des actions croissance débute. L’écart de valorisation entre les deux styles s’est stabilisé mais demeure très élevé. « Il pourrait se normaliser avec les sorties des politiques monétaires », indique néanmoins le gérant.

Stratégie et positionnement des portefeuilles

La société de gestion constate que les valorisations actuelles de certaines sociétés décotées paraissent particulièrement attractives. « Les sociétés sont encore plus décotées. Elles sont même parfois à des niveaux étonnement bas ! » remarque Romain Burnand. Un véritable terreau d’opportunités selon le gérant pour qui « la différence entre les valeurs décotées et les valeurs non contestées est trop importante pour être tenable à long terme ».

Dans cet environnement très incertain, il ajoute porter une attention particulière à la perspective de hausse des taux et de resserrement monétaire. « Souvent dans le marché des actions, les investisseurs ne savent pas prendre en compte la dette », précise-t-il. Ainsi, Moneta AM évite les sociétés dont la dette leur semble trop élevée (ce qui a conduit à vendre l’action VEOLIA) et augmente la part des valeurs liquides et des liquidités. Cela permet de modifier plus rapidement les positions au besoin et limiter le risque face aux incertitudes. « Il nous faut un portefeuille mobile et des liquidités compte-tenu de la taille de MMC », explique Romain Burnand. Avec 2,7 milliards € sous gestion, le fonds a donc fait évoluer sa composition aussi bien sur les grandes caps (de 50% à 55% depuis fin 2021) que sur les liquidités (de 2% à 10%) au détriment des petites valeurs.

Autre constat, l’Europe est davantage affectée par le prix très élevé et l’énergie et la guerre en Ukraine. La gestion a donc renforcé ses valeurs globales et abaissé le poids des valeurs domestiques. « Notre portefeuille est par nature plus européen. C’est un biais que l’on a réduit ».

Au niveau des secteurs, MMC se surexpose à la Galaxie Bolloré, aux renouvelables (« Clairement un gagnant de la situation actuelle » dixit l’analyste-gérant Thomas Perrotin) ou encore aux banques (« dont les valorisations sont vraiment cassées ») et sous-pondère fortement le Luxe et les biens de consommation. « LVMH est une très belle société. Mais notre expérience nous dit que dans un environnement chahuté, même les sociétés très bien gérées peuvent décevoir. Et le marché ne le pardonnerait pas », prévient Romain Burnand. Or, le titre est 60% au-dessus de son plus haut pré-Covid !

En conclusion, le contexte chahuté reste vecteur d’opportunités. Et cet environnement complexe est propice à une véritable gestion active. Avec son analyse fondamentale et indépendante qui lui permet de prendre des positions tranchées, Moneta AM peut pleinement tirer son épingle du jeu. « On espère continuer de délivrer une performance qui justifie notre existence en tant que gérant actif », glisse humblement Romain Burnand.

En bientôt 20 ans d’existence, Moneta AM l’a justifié depuis bien longtemps !

Cette communication est à caractère publicitaire. L'investissement dans des organismes de placement collectifs en valeurs mobilières (OPCVM) comporte des risques. Il convient, avant toute souscription, de consulter le DICI ainsi que le prospectus (la Documentation Réglementaire) disponibles en français sur www.moneta.fr. Les droits des investisseurs sont établis par la Documentation Réglementaire ainsi que par la politique de traitement des réclamations laquelle est disponible sur www.moneta.fr. Moneta Asset Management peut à son initiative décider de cesser la commercialisation dans certains Etats des OPCVM qu’elle gère.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

La décision d’investir dans l’OPC doit tenir compte de toutes les caractéristiques et de tous les objectifs de durabilité, tels que décrits dans son prospectus.