Altamir

Moneta Asset Management qui détient plus de 5% du capital d'Altamir intervient depuis maintenant plus de six ans auprès de la société et de son Conseil de Surveillance afin de défendre les droits des actionnaires à une gouvernance respectueuse de leurs intérêts. Le désaveu vis-à-vis du management se mesure par la très forte décote du cours de bourse par rapport à la valeur des actifs d'Altamir et ce malgré sa performance boursière récente. Ce fonds coté qui n'a ni salariés, ni clients, n'a pourtant que ses actionnaires à satisfaire. Grâce à l'action de ses actionnaires, dont Moneta Asset Management, le Conseil de Surveillance a défini en 2013 une nouvelle politique de dividende. C'est un tout petit pas en avant, insuffisant pour réduire la très forte décote sur le titre. Beaucoup reste encore à faire en termes de partage de la valeur créée avec les actionnaires, mais aussi en matière de gouvernance et de qualité de la communication financière, qui laissent à désirer.

La décote d'Altamir, et surtout l'incapacité du management à faire en sorte qu'elle soit en ligne avec les meilleurs de la profession, nous incitent à rester des actionnaires vigilants.

Les Assemblées Générales d'Altamir sont très critiques vis-à-vis du management (la presse n'est pas invitée) et Moneta Asset Management y participe activement comme de nombreux actionnaires.

2018 | Rapport d'expertise

Moneta se réjouit que le rapport de l’expert désigné dans le cadre de l’action judiciaire, bien imprudemment initiée par Altamir Gérance à son encontre en octobre 2015, ait rejeté les critiques formulées devant le Juge des référés.

Confirmant la décision de débouté déjà rendue par le Président du Tribunal de commerce le 16 mars 2016, l’expert judiciaire relève sans surprise que la note d’analyse publiée par Moneta sur son site en avril 2015 n’a eu aucun impact négatif sur le cours de bourse d’Altamir et que la décote structurelle dont souffre le titre de cette société depuis des années est imputable à des causes endogènes.

Parmi celles-ci, le rapport d’expertise souligne que les différents mandats exercés par le gérant d’Altamir le mettent dans une situation favorisant les conflits d’intérêt. Il relève par ailleurs la facturation de frais en nette augmentation ainsi que le faible niveau de distribution des dividendes en dépit des recommandations formulées par Moneta depuis 2012.

Moneta appelle de ses voeux une amélioration durable de la gouvernance et espère que le conseil de surveillance prendra pleinement conscience du rôle qu’il doit assumer vis-à-vis de la gérance dans la défense de l’intérêt de la société et des actionnaires minoritaires.

2016 | Assemblée Générale du 15 avril

9 février 2016 : Moneta AM envoie une lettre aux Membres du Conseil de Surveillance d'Altamir

afin de recueillir leur avis sur un certain nombre de points et d'interrogations, notamment sur la gestion financière d'Altamir, son dividende, sur la décote, sur l'information financière et sur la hausse des frais de fonctionnement et de gestion.

 

17 mars 2016 : Altamir débouté de son référe visant à retirer la note de Moneta dénonçant la hausse de ses frais de gestion

Moneta Asset Management constate que le Président du Tribunal de commerce de Paris a débouté Altamir et Altamir gérance de leur demande de retirer du site www.moneta.fr la note du 17 avril 2015. Nous constatons aussi que le Président du Tribunal de commerce de Paris a retenu la proposition de Moneta d'élargir la mission de l'expert judiciaire au-delà des demandes d'Altamir. Le Président du Tribunal de commerce lui demande en particulier de donner son avis sur les causes endogènes pouvant expliquer la performance et la décote du cours de la société Altamir.

 

7 avril 2016 : Moneta se félicite des progrès d’Altamir en matière de transparence … mais beaucoup reste encore à faire !

2015 | Assemblée Générale du 23 Avril

Alors que la société pensait en 2014 pouvoir se passer de solliciter l'opinion des actionnaires sur la rémunération de la gérance (Say on Pay), une telle résolution a été soumise au vote en 2015. Nous sommes très étonnés que le Conseil de Surveillance ait validé dans son rapport en l'état les termes de la résolution 9 sur le Say on Pay du Gérant Maurice Tchenio.

Nous avons recommandé aux actionnaires de voter contre la résolution 9, montrant ainsi leur désaccord avec l'information très insatisfaisante qui leur est présentée. Ces informations ne permettent ni de connaître la rémunération du gérant ni le temps qu'il passe pour la gagner.

Le 15 Avril 2015, Moneta a publié une étude sur les frais des gestion d'Altamir, élevés et en croissance, note qui a été mise à jour le 17 avril 2015

Plus des trois quarts des actionnaires, hors Maurice Tchenio qui avait pris part au vote sur sa propre rémunération, avaient voté contre la résolution sur la rémunération des dirigeants.

2014 | Assemblée Générale du 24 avril

Dans l'avis de convocation de l'Assemblée Générale du 24 avril 2014 nous avons été très surpris de trouver un nombre important de propositions de modifications statutaires dont une identique à celle pourtant rejetée par l'Assemblée Générale du 7 mars 2013. Mais c'est la résolution 16 qui apparait la plus choquante en l'état. En effet, la suppression de l'article 16.4 des statuts d'Altamir suivie par la signature d'une convention de mandat de délégation de gestion financière et de gestion des risques au profit d'Apax Partners SA nous paraîtrait priver le conseil de surveillance de l'essentiel de ses pouvoirs légaux et statutaires.

Moneta Asset Management présente un exposé sa politique de vote pour l'Assemblée Générale d'Altamir du 24 avril 2014, complétée par la lettre d'opinion du cabinet d'avocats Virgile sur la résolution 16.

2013 | Assemblée Générale du 18 avril

L'action de Moneta Asset Management de 2012 a porté un certain nombre d'évolutions, qui nous ont cependant paru insuffisantes.

En effet, nous avons conjointement avec l'ADAM, présidée par Colette Neuville, proposé une résolution à l'assemblée des actionnaires d'Altamir.

Cette résolution avait pour objectif de demander à la société de mettre en place un mécanisme de rachat d'actions automatique dès lors que le cours décoterait au-delà d'un certain seuil.

Notre proposition de mise en place d'un mécanisme de rachat d'actions n'a pas été adoptée, mais chose rare, la résolution sur les conventions règlementées de la société et surtout la résolution 14 portant sur la modification de l'article 10 concernant les titulaires d'actions B (Maurice Tchénio) ont été rejetées.

2012 | Assemblée Générale du 29 mars

Moneta Asset Management a conjointement avec l'ADAM présidée par Colette Neuville proposé une résolution à l'assemblée des actionnaires d'Altamir de 2012. Cette résolution avait pour objectif de faire passer le dividende aux actionnaires ordinaires à 1€ contre les 0,20€ proposés par la société. Cette résolution était en outre soutenue par Proxinvest.

La résolution proposée au vote de l'Assemblée Générale vise donc à distribuer aux actionnaires commanditaires dont la plupart sont là depuis plusieurs années la part des plus-values qui leur revient. L'intérêt social n'exige nullement de poursuivre une stratégie de croissance qui n'a pas de sens s'agissant d'un fonds d'investissement, a fortiori quand cela le conduit à sortir de son métier d'origine, à savoir l'investissement dans des midcaps françaises.

Notre proposition d'un dividende de 1€ n'a pas été adoptée. Elle a retenu 30% des votes des actionnaires présents et représentés (65% environ du capital). Le résultat est décevant, cette déception est cependant à relativiser car Maurice Tchenio et les associés d'Apax Partners détiennent près de 25 % d'Altamir. En réalité, la moitié des autres actionnaires a donc voté en faveur de notre proposition. Nous comprenons que certains actionnaires ont été génés par la fiscalité des dividendes et beaucoup auraient préféré un programme de rachat d'actions. Mais comme vous le savez, celui-ci, bien que voté dans les AG de ces dernières années, n'a jamais été mis en place par le gérant.