Pourquoi acheter un fonds Long/Short ?

Retour sur la stratégie Long/Short de Moneta AM avec l'équipe de gestion

Moneta AM : un développement rapide avec des « recettes simples »

La société de gestion Moneta AM a vu ses encours passer de 3,3 milliards à 4,4 milliards d’euros en un an. Elle compte désormais 25 collaborateurs dont 13 analystes et gérants.

Un développement évidemment dû en grande partie au succès de Moneta Multi Caps mais également à la progression de l’approche Long/Short.

Patrice Courty, co-dirigeant de la société et gérant de Moneta Long Short résume la stratégie de ce fonds investi en valeurs européennes et historiquement couvert contre le risque de marché à hauteur de 50% minimum : « Le stock-picking est notre seul moteur de performance et nous ne voulons pas utiliser de levier. Nous choisissons des titres au sein du même secteur à l’achat et à la vente. Cela couvre le risque sectoriel et réduit la volatilité du portefeuille. »

Il se distingue de Moneta Multi Caps par ses stratégies vendeuses et son univers d’investissement. « C’est un fonds européen, précise l’analyste Maxime Bouquet. La France ne représente que 30% de nos investissements. C’est une grande différence par rapport à Moneta Multi Caps et cela limite l’overlap. »

 

L’approche Long/Short selon Moneta

Parmi les 1000 valeurs de l’univers, l’équipe de gestion se concentre sur les 250 valeurs où elle a le plus de chance d’avoir une valeur ajoutée et de générer de l’alpha. « On a beaucoup de valeurs dans lesquelles investir et on a toujours beaucoup d’idées à l’achat et à la vente » juge Patrice Courty.

Antoine Peyronnet, analyste chez Moneta, a ensuite présenté les critères de pondération des positions, à savoir : la connaissance du dossier, la gouvernance, la valorisation, les risques individuels et l’impact sur le risque du portefeuille. Plus les critères correspondant à ces valeurs sont favorables, plus la pondération du titre est importante au sein du portefeuille.

Depuis la création à fin 2017, le fonds a ainsi pu surperformer son indice de référence à hauteur de 3,7% par an. Un résultat obtenu grâce à la contribution des positions acheteuses mais également des positions vendeuses.

 

Contexte de marché et positionnement du portefeuille

Malgré ce bel historique, Patrice Courty a récemment choisi de réduire son exposition nette au marché. « On trouve que le marché est actuellement un peu plus risqué que par le passé. En 2009, on faisait tous des prévisions catastrophiques qui ne se sont heureusement pas matérialisées. Aujourd’hui c’est l’inverse et il faut être prudent » se justifie le gérant estimant que les actions sont bien valorisées.

En revanche, il met en exergue les anomalies obligataires avec par exemple un taux 2 ans grec désormais inférieur au 2 ans américain. « Il n’y a absolument aucun endroit où se réfugier sur les taux ! » tranche-t-il, remarquant que l’inflation n’a pas besoin de beaucoup monter pour que les taux longs remontent.

Selon lui, la Chine est également un risque à ne pas oublier : « Elle a de plus en plus de poids dans le PIB mondial. Si quelque chose arrive en Chine, l’impact serait plus grand que par le passé. »

 

Pourquoi acheter un fonds Long/Short ?

Selon Moneta, l’intervention des banques centrales a brisé le couple risque/rentabilité des actifs peu risqués qui ne rapportent désormais plus rien. Cette stratégie Long/Short permet ainsi de « bénéficier d’une partie du potentiel des marchés actions avec une volatilité inférieure. »

Le fonds Moneta Long Short a désormais plus de 11 ans d’historique et sa volatilité a toujours été comprise entre 30 et 50% de celle du Stoxx Europe 600. « C’est le résultat de la construction de portefeuille » explique Maxime Bouquet qui ajoute que sur 1700 séances de bourse entre 2011 et 2017, le fonds n’a connu que 3 séances avec une baisse de plus de 2%.

Après un début d’année difficile en raison de l’accumulation d’un certain nombre de facteurs (portefeuille acheteur en baisse, portefeuille vendeur en hausse, sous exposition au marché…), la gestion a su redresser la barre et revenir dans le vert.

Une bonne nouvelle pour les investisseurs de plus en plus nombreux de Moneta Long Short qui pèse désormais près de de 600 millions d’euros. Cette croissance ne semble cependant pas effrayer Patrice Courty. « La croissance des actifs ne me gêne pas. Nous étions petits dans un gros marché, nous sommes maintenant moyens dans un gros marché. Nous n’avons pas de mal pour l’instant à trouver des actifs et nous adapterons les équipes si besoin » conclut le gérant.